Questions pratiques

C’est quoi, une Tiny House?

Tiny house modèle sur mesure
Origines, tendance, spécificités techniques.

Tiny quoi ? Tiny house !

Mais qu’est-ce que c’est ?
Commençons par l’interprétation littérale. Si l’on s’en tient à une traduction stricte de son expression anglaise, la tiny house est une mini maison, voire une micro-maison.


“Ok, donc c’est juste un mobil home ?” Pas vraiment. En fait, elle est posée sur des roues et fixée à une remorque.


“Oh, alors c’est une caravane?!” Non plus. “Un camping-car, peut être ?” Toujours pas.

En fait, plus qu’une forme d’habitat, les tiny houses sont le reflet d’un mode de vie. C’est tout un concept qui vient s’inscrire dans le cadre de la pensée minimaliste et dans une dynamique écoresponsable.

Loin du tumulte de nos maisons (trop) bien remplies, le mouvement des tiny houses se veut simple, pratique et écolo. Il nous incite à nous débarasser du superflu ainsi que du stress qu’il engendre afin de se recentrer sur l’essentiel.
Ne dit-on pas que “less is more” ?
Moins d’accumulation, moins de gaspillage, plus de liberté, plus de temps, plus… d’argent!

Car la Tiny house est aussi économique. C’est d’ailleurs, initialement, sa raison d’être. Vivre petit pour vivre mieux, le tout en conservant néanmoins un maximum de confort.

C’est tentant mais, d’où viennent donc ces mini maisons sur roues ?

Un peu d'histoire

Si elles commencent à se développer aux quatre coins du monde, les tiny houses nous viennent d’abord des Etats Unis. Elles sont nées et se sont popularisées au rythme des événements qui ont bouleversé le marché immobilier américain au cours de l’histoire.
C’est pourquoi les toutes premières mini maisons apparaissent suite au krach boursier de 1929. A cette époque, elles offrent une alternative à des personnes dont les revenus ont été drastiquement ébranlés par le contexte de la crise économique.

Bien plus tard, des années 1970 à 1990, Lloyd Kahn (auteur de “Shelter” en 1973), Lester Walker (“Tiny House” en 1987) et Sarah Susanka (“The not so big house” en 1997) prônent dans leurs ouvrages un modèle architectural plus simple et plus modeste en termes de volumes. Ils cherchent à s’éloigner de la tendance des grands espaces, toujours plus remplis. La qualité avant la quantité. En 1997, Jay Shafer va construire la première tiny house telle que nous les connaissons désormais. Puisqu’il considère que l’on n’a pas nécessairement besoin de toutes les choses qui nous encombrent pour être heureux, il s’installe dans une maisonnette en bois qu’il a fabriquée à partir d’une vieille remorque. Convainvu par son nouveau mode de vie peut séduire, il fonde dans la foulée la première société de tiny houses.

C’est à partir de 2005 que les choses s’accélèrent.
Cette année là, le cyclone Katrina ravage une partie de la Nouvelle-Orléans et laisse des milliers de sans abris. Il faut reloger cette population en urgence et à moindre coût. Les micro maisons, qui nécessitent moins d’espace et reviennent moins cher, sont une des solutions.

Les années qui suivent sont le théâtre de la crise des subprimes qui vient frapper de plein fouet l’économie Américaine. Dès 2007, des milliers personnes sont de nouveau confrontées à des difficultés financières et à des problèmes de logement. Profondément fragilisée, l’Amérique remet en question son mode de vie. Dans la foulée, Jay Shafer est invité sur le plateau de la très célèbre Oprah Winfrey et offre un énorme coup de projecteur aux mini maisons. Alors que comme partout dans le monde la taille des familles a diminué, celle des habitations n’a cessé d’augmenter. En 50 ans, la surface des maisons aux Etats-Unis a plus que doublé ! Shafer vante les mérites d’une vie plus saine, plus simple, plus écologique décentrée de l’obsession des possessions matérielles. L’instabilité de la situation économique du pays incite à se tourner vers une option flexible et donc… mobile. La tendance tiny house démarre.

Qu'est-ce que la tendance Tiny House ?

Il s’agit d’abord d’une remise en question.
Avons-nous vraiment besoin de toutes ces choses ? Dans nos placards, SUR nos placards, dans nos tiroirs, sur nos étagères, dans des coffres, sous nos lits, au grenier, à la cave, dans la remise, et parfois même, dans ce coin que nous évitons de trop regarder.
La vaisselle de tous les jours et la vaisselle des grands jours. Des casseroles de toutes les tailles, de toutes les formes aussi. Des vêtements. BEAUCOUP de vêtements. Ceux qu’on ne met plus, ceux qui sont trop grands, ceux qui sont trop petits, ceux qui ont encore leur étiquette !!!
Des objets insolites, des objets inutiles, des objets cassés ? des objets pour “au cas où” et d’autres encore pour “si jamais”.


Sincèrement, en toute transparence. Juste entre vous et moi. Avons-nous vraiment besoin de toutes ces choses ? Non. Pas toutes. La moitié peut-être ? Et encore.

Vous voulez que je vous dise ? Même mon chien a trop de jouets.

Ce sont autant d’objets qui encombrent nos quotidiens et nos esprits. La philosophie de vie en micro maison nous ouvre à un quotidien allégé loin de cette frénésie d’accumulation.

Ce retour à l’essentiel nous permet de gagner aussi du temps, puisque posséder moins… c’est ranger moins.
Ce qui tombe bien parce que le temps… C’est de l’argent.

L’argent. Parlons-en.
Le nerf de la guerre. Un aspect considérable de la vie en tiny house. Le prix d’achat de la mini maison est NETTEMENT moins élevé que celui d’une maison traditionnelle.

Avons-nous besoin de mentionner que pour un espace réduit, la consommation en eau et en électricité l’est également ? Non. Mais rappelons le quand même.

Cerise sur le gateau ? Grâce à l’installation de panneaux solaires et à la récupération des eaux de pluie, bonjour l’autonomie !

Et vous savez quel mot rime avec autonomie? LIBERTE ! (Oui, bon. Ca ne rime pas tout à fait, je concède). 

Qui n’a jamais rêvé de tout quitter et de partir s’installer à l’autre bout du monde. Ou au moins l’autre bout du pays ? En général l’idée vient nous persécuter le lundi matin. Elle apparaît dès le dimanche soir pour les moins chanceux. Couper de la routine. S’isoler. S’évader. Idéalement sans avoir à préparer son escapade pendant des semaines et sans se retrouver non plus fiché à la banque de France. C’est l’un des avantages majeurs de la vie à bord d’une maison munie de roue. Elle… roule !! Vivre en nomade n’est pas une obligation mais cela devient une option et rien que l’idée n’a pas de prix (Enfin si. Celui d’une tiny house. Mais vous me comprenez.)

La mini maison est flexible. En résidence principale, en résidence secondaire, en annexe d’une maison traditionnelle (location, maison d’amis, grands adolescents ayant soif d’indépendance… mais pas trop, cabane pour les enfants, espace de travail, etc…) elle s’adapte à tous les styles de vie.

Le mouvement des micro maisons prend une ampleur telle qu’en plus de dizaines (centaines ?) de vidéos Youtube, il y a désormais toute une série Netflix (de deux saisons) qui y est consacrée. On y voit deux experts en rénovation accompagner des personnes seules, des couples et parfois des familles dans la construction ou l’auto consctruction de leur mini maison. La majorité des épisodes se déroulent aux Etats Unis mais le phénomène est désormais mondial.

Qu'est-ce que la tendance tiny house ?

Bon. Ok. C’est formidable. Mais quand vous dîtes mini maison c’est… mini comment ??
Soulignons pour commencer que puisque les mini maisons ne sont pas construites sur des fondations au sol, elles ne nécessitent pas de permis de construire. C’est peut-être un détail pour vous mais qu’on a envie de gagner du temps ET de l’argent, ça veut dire beaucoup.

Ensuite, la question que tout le monde se pose : quelles sont les di-men-sions?!


Une tiny mesure au maximum 2,55 mètres de largeur pour 18 mètres de longueur (pour la maison ET le véhicule).

La remorque seule doit mesurer au maximum 12 mètres.


La superficie d’une tiny est comprise entre 8 et 20m².


Le poids, lui, ne doit pas dépasser les 3,5 tonnes. 

Attention cependant, il s’agit du poids total. C’est à dire après installation des divers équipements.


En quoi sont fabriquées nos nobles demeures ?

La structure des Tiny by THAVE est en acier galvanisé. C’est un matériau recyclable, léger, solide. Oui. Parce qu’ici, on fait les choses bien. Ici, on pense à l’environnement.

L’habillage de la structure quant à lui, se fait avec les matériaux que vous aurez choisis. Donc, à vous de voir.

L’aménagement est réalisé en fonction de vos besoins, et quelques clics suffisent pour personnaliser votre future acquisition. Et, pour peu que nos nombreuses options ne vous suffisent pas, vous pouvez nous envoyer vos lubies par mail, Elena, notre architecte, remuera ciel et terre pour leur donner vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *